Rapport de rechercheSignaux de téléphone fantôme : Une enquête sur la prévalence et les prédicteurs des signaux de téléphone cellulaire imaginés

Cet article vise à élucider le phénomène particulier des signaux de téléphone cellulaire imaginés, ou signaux de téléphone fantôme (PPS), qui est défini comme la perception par un individu d’un signal téléphonique, indiquant un appel entrant, un message ou une notification de médias sociaux, alors qu’en fait aucun signal de ce type n’a été transmis. Une enquête menée auprès de 408 citoyens américains a confirmé que le PPS est un phénomène très répandu : Près de 50 % des personnes interrogées ont indiqué être confrontées à une forme de SPP au moins une fois par semaine, et 63 % au moins une fois par mois. D’autres résultats montrent que l’intensité de l’utilisation du téléphone, l’utilisation excessive auto-déclarée et la dépendance au téléphone sont positivement liées à la fréquence de l’expérience du SPP. Ces résultats pourraient s’expliquer par le fait que des schémas chroniquement accessibles résultant d’une utilisation intensive du téléphone peuvent entraîner des interprétations erronées d’autres signaux, ou des hallucinations bénignes, et que l’importance perçue de l’utilisation du téléphone rend les personnes plus vigilantes aux signaux téléphoniques potentiels. Le besoin de popularité (NFP) s’est avéré être un prédicteur plus fort du PPS que le besoin d’appartenance, soutenant l’hypothèse que le NFP est un bon prédicteur du comportement socialement induit. Enfin, les normes injonctives et descriptives concernant le fait d’être accessible au téléphone n’ont été significatives que dans leur relation positive avec l’expérience du PPS.

Laisser un commentaire