Qu’est-ce que la psychologie du développement ?

De temps en temps, vous pouvez vous retrouver à vous demander comment vous êtes devenu la personne que vous êtes aujourd’hui, ou pourquoi certaines personnes agissent différemment des autres. Vous avez peut-être aussi réfléchi à la raison pour laquelle un enfant joyeux peut devenir un adolescent rebelle, ou pourquoi les gens adoptent des points de vue, des valeurs ou des principes différents en vieillissant.

Ce sont là quelques exemples de questions qui constituent la base de la psychologie du développement.

Qu’est-ce que la psychologie du développement ?

Au cours de notre vie, nous passons par diverses étapes vitales de développement, au cours desquelles chaque individu grandit et s’adapte de certaines manières standardisées et d’autres uniques. Le domaine de la psychologie du développement est principalement axé sur l’étude du développement humain à travers ces étapes vitales, et la découverte de nouvelles et meilleures façons pour les gens de maximiser leur potentiel à chaque étape du développement.

L’American Psychological Association décrit la psychologie du développement comme l’étude de la croissance et des changements humains tout au long de la vie, y compris : la croissance physique, cognitive, sociale, intellectuelle, perceptuelle, de la personnalité et émotionnelle. L’étude de la psychologie du développement est d’une grande importance pour comprendre comment nous apprenons et nous adaptons.

La psychologie du développement était à l’origine principalement concernée par la psychologie de l’enfant, mais la portée de ce domaine s’est élargie au fil des ans. Aujourd’hui, elle se concentre sur chaque étape de la croissance humaine, de la petite enfance à la vieillesse. La psychologie du développement examine comment les bébés développent la capacité de fonctionner dans le monde, les changements qui se produisent pendant l’adolescence et l’âge adulte, et la raison pour laquelle le corps et l’esprit humains déclinent souvent à la vieillesse.

L’étude de la psychologie du développement est vaste, et de nouvelles découvertes scientifiques dans chaque étape de la croissance et du développement sont faites fréquemment. L’American Psychological Association publie une revue mensuelle évaluée par des pairs qui vise à faire progresser les connaissances sur le développement tout au long de la vie humaine. La revue a apporté des contributions importantes dans le domaine de la psychologie du développement, avec des résultats de recherche notables sur la façon dont des niveaux élevés de plomb contribuent à un QI plus faible et réduisent la durée d’attention chez les enfants, et sur les effets néfastes de l’exposition des enfants à la violence à la télévision et dans les jeux vidéo.

Théories de la psychologie du développement

Les psychologues du développement étudient toujours les façons dont les enfants se développent, et comment leur développement les affecte plus tard dans la vie. Des recherches approfondies dans le domaine du développement de l’enfant ont donné naissance à un certain nombre de théories qui donnent un aperçu des facteurs qui affectent le développement de l’enfant et des actions qui maximisent le développement de l’enfant tout en minimisant les revers potentiels du développement.

Voici quelques-unes des théories les plus largement reconnues dans ce domaine.

Théorie du développement psychosexuel

En développant le domaine de la psychanalyse, le célèbre psychologue Sigmund Freud a apporté des contributions importantes au domaine de la psychologie du développement, y compris la théorie du développement psychosexuel. Freud a proposé que les expériences d’une personne à différents stades de l’enfance affectent directement le comportement et la personnalité de cette personne plus tard dans sa vie adulte.

Selon cette théorie, il existe cinq stades universels de développement. Chaque stade est centré sur une zone érogène, qui est la source de l’énergie psychosexuelle d’une personne. À chaque stade de développement, il y a une certaine tension entre le conscient (où une personne est consciente de ses processus mentaux) et l’inconscient (les processus mentaux dont une personne n’est pas consciente) ; cette tension survient parce que le conscient travaille souvent à supprimer l’inconscient.

Freud croyait que lorsqu’un enfant passe avec succès par chacun de ces stades, le développement culmine dans une personnalité saine à l’âge adulte. Cependant, être incapable de progresser à partir des défis d’une étape influencera négativement le comportement de l’enfant en tant qu’adulte. Bien que la théorie ait été incroyablement influente pendant des décennies, la théorie du développement psychosexuel de Freud a moins d’influence aujourd’hui.

Théorie du développement psychosocial

Cette théorie a été développée par le célèbre psychanalyste Erik Erikson, et elle suggère que la croissance humaine à travers toutes les étapes, de la petite enfance à l’âge adulte, peut être organisée en huit étapes distinctes. Selon Erikson, chaque étape de la vie présente un dilemme existentiel qu’une personne doit traverser avec succès afin d’acquérir des vertus positives. L’échec de la résolution de l’un de ces obstacles peut conduire à développer une vision négative du monde, ce qui affecte davantage la croissance et le développement d’une personne.

La théorie du développement psychosocial d’Erikson est généralement basée sur les interactions sociales et les conflits qui surviennent à chaque étape du développement. La théorie suggère que l’exposition d’une personne aux interactions sociales et à un large éventail d’expériences est importante pour obtenir des résultats positifs à chaque stade.

Théorie de l’attachement

Proposée par un autre psychanalyste notable, John Bowlby, la théorie de l’attachement s’intéresse principalement à la nécessité de relations significatives précoces dans le développement d’un enfant. La théorie affirme que ces relations aident un enfant à former des attachements à un certain nombre de personnes, de lieux ou de choses, et ces attachements, à leur tour, affectent largement les modèles de développement ultérieurs tout au long de la vie de l’enfant.

Cette théorie suggère également que le besoin de former des attachements se développe naturellement chez un enfant comme un instinct de survie, et explique pourquoi un enfant serait susceptible de graviter davantage vers des relations qui lui fournissent une certaine forme de sécurité physique ou psychologique.

Théorie de l’apprentissage social

Albert Bandura, l’un des pionniers dans le domaine de la psychologie du développement, croyait que le développement d’un enfant ne provient pas principalement de l’apprentissage par l’expérience directe, mais par la modélisation et de simples observations. La théorie de Bandura suggère que l’apprentissage peut être réalisé efficacement en écoutant des instructions sur la façon d’exécuter des comportements, ou en observant attentivement des personnes réelles ou fictives pratiquant ces comportements.

Théorie du développement cognitif

Le théoricien suisse Jean Piaget soutenait l’opinion maintenant largement acceptée que les enfants pensent tout à fait différemment des adultes. Et, par conséquent, l’un des rôles des adultes et des personnes qui s’occupent des enfants est de leur fournir du matériel approprié pour les aider à développer des compétences d’interaction et à améliorer leur capacité à réfléchir à leurs actions.

Selon Piaget, le développement intellectuel se déroule en quatre étapes, chaque étape consistant en des compétences que l’enfant doit maîtriser avant de passer à l’étape suivante. La réussite de chacune de ces étapes est nécessaire au développement d’une pensée et de processus comportementaux sains.

Les étapes de la vie en psychologie du développement

La psychologie du développement s’intéresse également à l’étude du développement au cours des différentes étapes de la vie. A chacune de ces étapes, il y a un événement significatif qu’une personne est naturellement censée traverser.

Développement prénatal

C’est la première étape de la vie où la conception a lieu et où l’enfant commence à se développer. À ce stade, les psychologues du développement s’intéressent principalement aux facteurs environnementaux et nutritionnels qui peuvent entraîner des malformations congénitales, ainsi qu’à des facteurs tels que la consommation de drogues par la mère ou les maladies héréditaires qui peuvent affecter l’enfant au moment de l’accouchement.

La petite enfance

La phase de la petite enfance apporte des changements de vie phénoménaux et constitue également le point de départ d’événements marquants tels que l’apprentissage du langage, l’acquisition d’un certain niveau d’indépendance et l’observation du fonctionnement du monde. À ce stade, l’apprentissage se fait par un processus graduel, et les psychologues du développement s’attachent à aider l’enfant à atteindre sa pleine croissance physique, cognitive et émotionnelle.

Moyenne enfance

À ce stade de développement, l’enfant est encouragé à en apprendre davantage sur les interactions sociales en dehors de la famille en passant par les premières années d’école. C’est souvent à ce stade que les enfants affinent leurs compétences motrices et commencent à se socialiser avec d’autres enfants. La principale préoccupation de la moyenne enfance est de s’assurer que ces capacités ne sont pas entravées par des défis sociaux, émotionnels ou comportementaux.

Adolescence

La phase adolescente apporte une transition complète vers la puberté, ainsi qu’un sentiment accru de maturité et d’indépendance. À ce stade, un enfant est susceptible de traverser un certain dilemme psychologique en raison de la croissance physique et mentale rapide ainsi que des influences extérieures comme la pression des pairs. Il en résulte le besoin pour un enfant d’acquérir des expériences qui l’aideront à former une identité unique.

L’âge adulte précoce

Les vingt et trente ans sont connus comme le stade de l’âge adulte précoce. C’est là qu’une personne est à son apogée psychologique, et l’accent est mis à ce stade sur les objectifs de carrière et la construction de relations. Certaines personnes qui ont des difficultés à établir des relations durables à ce stade peuvent lutter contre des sentiments de solitude.

L’âge adulte moyen

La fin de la trentaine jusqu’au milieu de la soixantaine est connue comme le stade de l’âge adulte moyen, où le vieillissement devient plus perceptible et où les attentes de la vie sont réévaluées et peuvent devenir plus réalistes. À ce stade, de nombreuses personnes ont tendance à rechercher un sens du but et à chercher des moyens de faire des contributions significatives à la société.

Vieillesse

Cette étape de la vie représente un moment où une personne est confrontée aux problèmes physiques, mentaux et émotionnels liés au processus de vieillissement. Les préoccupations courantes à ce stade comprennent les défis de santé physique et le déclin mental.

Psychologie du développement et santé mentale

Il existe un lien définitif entre la psychologie du développement et la santé mentale, car la maladie mentale peut parfois découler de facteurs de risque de l’enfance. La prévention des facteurs de risque évitables, comme la consommation de drogues, peut réduire considérablement les chances de développer un trouble de santé mentale à un stade ultérieur de la vie.

Les enfants se développent à des rythmes variables, mais lorsqu’un enfant est incapable de franchir certaines étapes, cela peut être un indicateur d’un trouble psychologique ou d’une déficience mentale. Dans ces cas, les parents et les soignants sont encouragés à consulter un psychologue du développement qui travaillera en étroite collaboration avec l’enfant pour déterminer le degré du problème et trouver des moyens efficaces pour l’enfant de le surmonter ou de le gérer. La psychologie du développement fournit également des moyens de gérer et de contrôler les défis cognitifs, comportementaux et émotionnels chez les adolescents et les adultes.

Laisser un commentaire