Pacte de Locarno

Pacte de Locarno, 1925, conclu lors d’une conférence tenue à Locarno, en Suisse, par les représentants de la Grande-Bretagne, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, de la Belgique, de la Tchécoslovaquie et de la Pologne. La demande de Gustav Stresemann pour une garantie mutuelle de la Rhénanie est approuvée par Aristide Briand ; sous la direction de Briand, Stresemann et Austen Chamberlain, une série de traités de garantie mutuelle et d’arbitrage sont signés. Dans le principal traité, les puissances garantissent individuellement et collectivement les frontières communes de la Belgique, de la France et de l’Allemagne telles que spécifiées dans le traité de Versailles de 1919. L’Allemagne a signé des traités avec la Pologne et la Tchécoslovaquie, acceptant de modifier les frontières orientales de l’Allemagne uniquement par arbitrage. L’Allemagne a également signé des traités d’arbitrage avec la France et la Belgique, et des pactes de défense mutuelle contre une éventuelle agression allemande ont été conclus entre la France et la Pologne et la France et la Tchécoslovaquie. En complément, l’Allemagne se voit promettre l’entrée dans la Société des Nations. L’esprit de Locarno symbolisait l’espoir d’une ère de paix internationale et de bonne volonté. En 1936, dénonçant le pacte de Locarno, Hitler remilitarise la Rhénanie.

Laisser un commentaire