Metacomet

Text

À moins d’un mille de cet endroit, Metacomet, également appelé le roi Philippe, et ses hommes sont tombés dans une embuscade du capitaine Benjamin Church de la colonie de Plymouth le 12 août 1676. Church avait suivi Metacomet jusqu’à sa forteresse de Montaup (Mount Hope) après deux ans de combats acharnés entre les forces coloniales et autochtones, surnommés « la guerre du roi Philippe » (1675-1676). Dans le « marais de Miery », près de la baie de Mount Hope, Metacomet a reçu une balle en plein cœur de John Alderman, un autochtone combattant pour le capitaine Church. Tombant face contre terre dans un petit ruisseau, Metacomet a rendu son dernier souffle sur des terres qu’il connaissait bien. Metacomet a ensuite été décapité et écartelé – un acte véritablement barbare. Son corps a été suspendu dans les arbres pour que ses restes soient dispersés. De Mount Hope, la tête de Metacomet fut envoyée à Plymouth, une main fut envoyée à Boston, et Alderman reçut l’autre.

Metacomet était le fils cadet du Wampanoag Massasoit (Grand Sachem) Ousamequin. Metacomet est né avant 1640 et avait un frère aîné, Wamsutta (Alexandre) et au moins trois sœurs. Lorsque leur père octogénaire Massasoit est décédé en 1661, son fils aîné, Wamsutta, est devenu le Grand Sachem. Wamsutta et Metacomet ont épousé une paire de sœurs, Wamsutta épousant Weetamoo et Metacomet épousant sa sœur cadette, Wootonekanuske – deux filles du Sachem Corbitant de Pocasset.

En 1662, Wamsutta est appelé à Plymouth pour répondre à des accusations de conspiration. À son retour chez lui, il tombe malade et meurt peu après, les rumeurs d’empoisonnement étant nombreuses. Metacomet, le nouveau Sachem, a commencé à mépriser les Anglais à cause de la mort de son frère et d’autres problèmes culturels et politiques. Lorsque Swansea est colonisé en 1667, Metacomet est furieux. Swansea a été établi sur des terres que les Anglais ne possédaient pas. De plus, la colonie n’était qu’à un jet de pierre de Montaup. Lorsque les Anglais ont appris la colère de Metacomet, ils l’ont forcé à rendre ses armes à feu. Les colonies unies ont rejeté ses demandes d’appel et lui ont imposé une amende si lourde qu’il a été contraint de vendre les terres des Wampanoag à Swansea. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase est arrivée en 1675 lorsque trois hommes Wampanoag ont été exécutés pour avoir assassiné John Sassamon, un chrétien ou « Indien priant ». Sassamon était un informateur anglais qui avait récemment averti Plymouth d’un soulèvement indien en préparation.

En 1675, Metacomet avait rassemblé des alliés autochtones dans toute la région pour combattre les colons anglais. Si la plupart des combats se déroulent au Massachusetts, le Rhode Island n’en sort pas indemne. Les forces de Metacomet ont attaqué Pawtuxet, Warwick et Providence. La maison de Roger Williams à Providence a été détruite dans les premiers mois de 1676. Les tribus locales, comme les Narragansett, ont été incommensurablement touchées par le conflit.

Pendant la guerre, la plupart des « Indiens priants » et autres autochtones furent rassemblés et envoyés à Deer Island dans le port de Boston. John Eliot et Daniel Gookin, un missionnaire et un major-général, ont été si perturbés par ces événements qu’ils ont tenté de faire transiter des fournitures vers Deer Island, ce qui leur a valu d’être presque pendus. À la fin de 1676, la femme de Metacomet, Wootonekanuske, et leur fils de neuf ans ont été capturés par le capitaine Benjamin Church et vendus comme esclaves dans les Antilles, avec de nombreux autres prisonniers autochtones.

Laisser un commentaire