La mesure de la lumière Glossaire des termes

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Absorption

Dissipation de la lumière (rayonnement) à l’intérieur d’une surface ou d’un milieu, causée par la conversion de l’énergie rayonnante (lumineuse) en une autre forme d’énergie, généralement de la chaleur, par interaction avec la matière. L’absorption est la « pièce manquante », lorsqu’on compare l’énergie totale réfléchie et transmise avec l’énergie incidente. Le rapport entre le flux radiant ou lumineux total absorbé et le flux incident est appelé absorptance. L’unité standard de l’absorptance est le pourcentage (%) ou un facteur compris entre 0 et 1. L’absorptance peut également être déduite de la transmission à travers un milieu. Si le %transmission d’une certaine longueur d’onde est de 70% alors le matériau a une Absorptance de 30%.

Actinique

Caractéristique d’un rayonnement qui indique sa capacité à produire un changement chimique. Dans notre industrie, le terme est généralement utilisé en référence au rayonnement UV et à ses effets sur les systèmes biologiques. Les bandes actiniques sont utilisées dans le traitement UV pour contrôler l’intensité des sources. La couleur ou la densité optique de la bande change avec l’exposition. Voir la page des applications du risque de rayonnement optique pour une liste des systèmes de mesure de la lumière ILT utilisés pour déterminer le risque actinique d’une source lumineuse.

La lumière ambiante

La lumière ambiante est la lumière diffusée dans l’environnement d’un détecteur mesurant le rayonnement optique d’une autre source. Cette lumière contribue au signal mesuré à partir de la source. Pour effectuer des mesures valides, la contribution de la lumière ambiante ou du fond doit être soustraite de chaque mesure.

Aperture

Trouvé à travers lequel l’énergie radiante peut passer. L’ouverture angulaire est l’angle par lequel les rayons les plus divergents peuvent passer à travers un trou ou une lentille. L’ouverture d’une lentille est souvent exprimée en termes de f/#. Le f/# est le rapport entre la distance focale de la lentille et son diamètre. Une lentille avec une longueur focale de 100 mm et un diamètre de 25 mm aurait une ouverture de f/4.

Atténuateur

Dispositif qui réduit la quantité d’énergie atteignant un capteur. Les atténuateurs sont généralement utilisés lorsque l’énergie rayonnante saturerait un détecteur. Les filtres QNDS,QNDS2 et QNDS3 sont des atténuateurs qui réduisent la densité de flux au niveau du détecteur par des facteurs de 10, 100 et 1000, respectivement.

Largeur de bande

La largeur de bande décrit la taille d’un segment spectral. Une largeur de bande de 10nm indique une plage de 10nm de rayonnement. Cela peut être, par exemple, entre 500nm et 510nm, 1000nm et 1010nm ou un segment de taille égale n’importe où dans le spectre.

Filtre éliminateur de bande

Un filtre éliminateur de bande permet aux longueurs d’onde au-dessus et au-dessous de la coupure du filtre de passer tout en supprimant les longueurs d’onde dans la bande. Ces filtres sont également appelés filtres coupe-bande. Un filtre éliminateur de bande de 500 nm avec un passe-bande de 10 nm supprimerait les longueurs d’onde comprises entre 495 nm et 505 nm.

La largeur de faisceau

La largeur angulaire d’un cône de lumière dont le sommet est à la source. La largeur du faisceau est généralement définie comme l’angle sous-tendu par un cône englobant 90% de l’énergie.

Corps noir

Un corps noir est un objet qui absorbe toute l’énergie radiante qui le frappe. Lorsqu’il est chauffé, un corps noir émet un spectre caractéristique bien défini qui peut être utilisé pour caractériser la sensibilité spectrale des détecteurs. Comme il n’existe pas de corps noir parfait, des simulateurs de corps noir sont utilisés à cette fin.

Calibrage

Processus de normalisation du signal de sortie d’un détecteur par rapport à celui d’un détecteur défini comme standard (généralement défini par le National Institute of Standards and Technology (NIST) dans des conditions d’éclairage identiques). L’étalonnage peut également être accompli par l’utilisation d’une source standard (lampe) dont l’énergie de sortie à des longueurs d’onde et des distances de mesure spécifiques sont traçables à la lampe standard définie par l’organisme de normalisation directeur (NIST).

Candela (cd)

L’unité SI actuelle d’intensité lumineuse. Une candela est équivalente à 1 lumen/stéradian. Utilisée pour exprimer à la fois l’intensité du faisceau (candela du faisceau) et l’intensité sphérique moyenne (candela sphérique moyenne). Également appelée Candlepower (cp).

Candela, faisceau (cd ou eff cd) mesure photométrique d’intensité

Échantillonnant un angle très étroit du faisceau d’entrée, la candela du faisceau n’est représentative que des lumens par stéradian à l’intensité maximale du faisceau. L’angle d’échantillonnage n’a pas besoin d’être défini. Peut être mesurée en candela (cd) pour les sources stables ou en candela effective (eff cd) pour les sources clignotantes.

Candela,effective (eff cd)

Unité d’intensité du faisceau lumineux qui a été pondérée en fonction de la sensibilité accrue de l’œil humain à une source clignotante.

Candela, mesure d’intensité photométrique sphérique moyenne (cd)

Intensité lumineuse d’une source exprimée en candelas. Mesurée dans une sphère d’intégration, la candela sphérique moyenne est le rendement total de la source en lumens divisé par 4pi stéradians dans une sphère.

Candlepower (cp)

Ancienne définition de l’intensité lumineuse. Une bougie-puissance (cp) était l’intensité lumineuse d’une bougie standard faite de cire de baleine, pesant 1/6 lb, 7/8 po de diamètre et brûlant 120 grains par heure. L’unité SI actuelle pour l’intensité lumineuse est la candela (cd). Une candela (cd) équivaut à une bougie-puissance ; ainsi, une source ayant une intensité lumineuse de 10 candelas pourrait être désignée comme une source de 10 bougies-puissance.

CCD

Un CCD (dispositif à couplage de charge) est un détecteur de lumière à haute sensibilité principalement dans le spectre visible. Les CCD sont généralement fabriqués sous forme de matrices linéaires ou bidimensionnelles comprenant jusqu’à des millions d’éléments détecteurs individuels. Les versions 2D sont utilisées pour l’enregistrement des images et se trouvent dans la plupart des appareils photo numériques utilisés dans des applications scientifiques et grand public.

Chromaticité

Les aspects de la couleur associés à la teinte et à la saturation sans référence à la luminosité.

Coordonnées de chromaticité (CIE)

La proportion des valeurs tristimulus standard utilisées dans la correspondance des couleurs. Les couleurs sont comparées par leurs coordonnées CIE X, Y et Z.

CIE

Le CIE (Comité international de l’éclairage) est l’organisme international de normalisation pour l’éclairage et la vision des couleurs.

Température de couleur

La température de couleur fait référence à la température, en degrés Kelvin, à laquelle un corps noir devrait être chauffé pour avoir une couleur similaire à la référence. Une ampoule à incandescence de 40W a une température de couleur d’environ 2680K alors que la lumière du jour à midi a une température de couleur d’environ 5500K.

Collecteur cosinus

Un collecteur cosinus est un collecteur de lumière translucide qui compense le blocage normal du rayonnement des surfaces planes. Le collecteur cosinus échantillonne le rayonnement selon la loi du cosinus à travers l’hémisphère situé au-dessus de la surface. Un collecteur cosinus peut également être appelé surface lambertienne.

La loi du cosinus (loi du cosinus de Lambert)

Le flux par unité d’angle solide sortant ou entrant dans une surface est proportionnel au cosinus de l’angle par rapport à la normale à la surface. Dans un collecteur cosinus, les rayons qui frappent la surface à un angle de 60° par rapport à la verticale auront une contribution de 0,5 (cosinus de 60°) celle de rayons identiques arrivant verticalement.

Filtre de coupure

Filtre qui ne laisse pas passer la lumière de longueurs d’onde plus courtes que la longueur d’onde de coupure et laisse passer une large bande de longueurs d’onde au-dessus de la longueur d’onde de coupure. La longueur d’onde de coupure est spécifiée à un certain point le long de la transition entre la transmission maximale et la transmission 0. Le même filtre peut avoir différentes longueurs d’onde de coupure en fonction du pourcentage de transmission spécifié. Le même filtre peut être spécifié comme un filtre de coupure de 500nm avec le point de transmission de 50% comme référence ou un filtre de coupure de 485nm si la spécification est le point de transmission de 5%, où la transmission à 485nm est de 5%.

Adaptation à l’obscurité

La capacité de l’œil humain à s’adapter à de faibles niveaux de lumière.

Signal d’obscurité (courant)

Le signal d’obscurité est le signal qui circule dans un photodétecteur lorsqu’il n’est pas frappé par un rayonnement optique. Ce signal est créé au sein du détecteur et des circuits d’amplification en raison des effets thermioniques (température).

Densitomètre

Un densitomètre mesure l’opacité ou l’absorbance d’un matériau. La mesure est généralement exprimée en UA (unités d’absorptance) ou en DO (densité optique).

Réseau de diffraction

Un réseau de diffraction est un composant optique qui sépare la lumière en ses longueurs d’onde constitutives. Fonctionnellement équivalent à un prisme, il disperse la lumière dans son spectre en employant des rainures pour diffracter la lumière. L’angle de la diffraction est fonction de la longueur d’onde.

Réflexion diffuse

Rapport du flux incident au flux réfléchi par une surface diffusante par opposition à une surface hautement directionnelle ou spéculaire (semblable à un miroir).

Plage dynamique

La plage dynamique est le rapport entre le signal maximal mesurable avant saturation et le signal minimal mesurable au-dessus du bruit. Généralement, la gamme dynamique est exprimée soit en décennies (puissances de 10), soit en bits (puissance de 2). Une gamme dynamique de 5 décades indique qu’il existe un facteur de 100 000 entre les signaux maximum et minimum mesurables avec l’appareil. Une plage dynamique de 16 bits (264) indique un facteur de 65 532 entre les signaux minimum et maximum mesurables.

La plage dynamique est également exprimée en db (décibels), définie comme 10 log10 (signal maximum / signal minimum). Cinq décades de plage dynamique sont égales à 50 db.

Einstein

Unité d’énergie équivalente à la quantité d’énergie absorbée par une molécule d’une matière subissant une réaction photochimique, telle que déterminée par la loi de Stark-Einstein.

Rayonnement électromagnétique

Rayonnement émis par des particules chargées en vibration. Une oscillation combinée des champs électriques et magnétiques qui se propage dans l’espace à la vitesse de la lumière. Le spectre électromagnétique est théoriquement infini, il comprend les ondes gamma, les rayons X, les UV, le visible, les IR, les micro-ondes et les ondes radio.

Emissivité

Rapport entre la radiance d’un objet et celle émise par un corps noir à la même température et à la même longueur d’onde.

Densité énergétique

Énergie rayonnante arrivant sur une surface par unité de surface, généralement exprimée en joules ou millijoules par centimètre carré (J/cm² ou mJ/cm²). Il s’agit de l’intégrale temporelle de l’irradiance. (Les autres termes appliqués sont « exposition rayonnante », « dose de lumière » et « dose effective totale »).

Etendue

Aussi appelée débit d’un système optique, elle est le produit de son ouverture d’entrée et de l’angle solide dans lequel la lumière peut être acceptée à cette ouverture.

Excitation

Flux quittant une surface par unité de surface.

Exposition

Terme courant, mais utilisé de manière approximative, pour désigner la densité d’énergie, ou densité de flux rayonnant, sur une surface. (C’est un terme précisément défini dans le durcissement par EB : 1 Gray (Gy) = 1 J/kg , une mesure de l’énergie absorbée par unité de masse). Dans d’autres technologies, le terme s’applique généralement à l’énergie absorbée dans le milieu concerné, mais dans le séchage UV, il est uniquement assimilé à la densité d’énergie rayonnante arrivant à la surface du milieu concerné. . On peut également parler de « dose » ou de « dosage ».

Filament

Filament métallique fin placé à dessein à l’intérieur d’une ampoule de lampe, qui génère un rayonnement dans les domaines visible, infrarouge et ultraviolet lorsque le courant électrique le traverse. Le matériau tungstène est souvent utilisé, car il possède une grande résistance à la traction, est très durable et peut être chauffé très près de son point de fusion sans s’évaporer rapidement. Les filaments de lampe sont offerts dans une variété de conceptions optimisées pour des applications spécifiques.

Description du filament

Une description de filament consiste en une lettre de préfixe, pour indiquer si le fil est droit ou enroulé, suivie d’un nombre pour indiquer la disposition du filament sur les supports. Les lettres préfixes sont généralement l’une des trois options suivantes

    • S – Droit, il n’y a pas de bobine au filament
    • C – Enroulé, le filament est enroulé en une bobine hélicoïdale
    • CC – Enroulé, le filament enroulé en hélice est à nouveau enroulé en une autre bobine hélicoïdale.

Flux

L’énergie par seconde (puissance) dans un faisceau lumineux exprimée en Watts ou Joules/seconde. (Puissance rayonnante). Dans les mesures photométriques, la puissance lumineuse est typiquement exprimée en lumens (lm) .

Mesure photométrique du footcandle (fc)

Le footcandle est une unité de mesure de l’éclairement (combien de lumière frappe un point sur une surface). Un footcandle équivaut à 10,764 lux.

Mesure photométrique du piedlambert (fl)

Une unité de luminance égale à 1/p candela /pi2.

Germicide

Tous les organismes biologiques contiennent de l’ADN. L’ADN est essentiel à la reproduction. Le rayonnement optique dans la gamme UVC est capable de briser les liaisons moléculaires au sein de l’ADN tuant efficacement les micro-organismes. Les lampes UV germicides sont utilisées pour le traitement de l’eau, la stérilisation des aliments et de leurs récipients, et la purification de l’air, notamment en milieu hospitalier.

Unité Hefner mesure photométrique

Une unité d’intensité lumineuse égale à 0,9 bougie.

Illuminance propriété photométrique

Flux lumineux incident par unité de surface d’une surface. 1 lumen/m² = 1lux.

Infrarouge (IR)

La partie invisible du spectre électromagnétique qui s’étend de 0,75 micron à 1000 microns. Le rayonnement dans le proche infrarouge (NIR) produit la sensation de chaleur.

Sphère intégratrice

Sphère creuse revêtue d’un revêtement diffusant blanc à l’intérieur. Elle est utilisée pour mesurer la réflectance et la transmittance diffuses des objets ou le flux total d’une source qui se trouve complètement à l’intérieur.

Intensité

Flux par angle solide. Les mesures radiométriques sont effectuées en W/sr. Les mesures photopiques sont effectuées en lumens/sv.

La loi du carré inverse

La loi du carré inverse met en corrélation l’intensité relative à des distances variables d’une source ponctuelle. L’intensité relative diminuera d’un facteur égal à la racine carrée de la différence de distance. Par exemple, si à 2 mètres d’une source l’intensité est de 16 W/m², elle sera de 4W/m² à 4 mètres et de W/m² à 8 mètres. Pour les sources étendues (non ponctuelles), la chute d’intensité se rapproche de la loi carrée inverse à une distance équivalente à 5 fois le diamètre de la source.

Irradiance propriété radiométrique

Flux rayonnant incident par unité de surface d’une surface ; la puissance incidente par unité de surface. L’unité de mesure radiométrique est le W/m² ou ses facteurs (mW/cm²). Les unités de mesure photométriques sont les lumens/m², les lux, les photons et les bougies-pieds.

Joule (J)

Le Joule est l’unité SI d’énergie.

Surface Lambertienne

Surface dont l’émission ou la diffusion suit la loi du cosinus de Lambert, selon laquelle l’intensité radiante quittant une surface est proportionnelle au cosinus de l’angle par rapport à la normale à la surface. Voir Collecteur Cosinus.

Linéarité

La précision avec laquelle il existe une relation directe entre le rayonnement incident et la valeur de mesure résultante jusqu’à un point de saturation. Une linéarité de 1% indique que le rapport entre la valeur mesurée et celle du rayonnement incident ne variera pas de plus de 1% par rapport à l’absolu.

Mesure photométrique du lumen (lm)

Le lumen est l’unité photométrique de puissance. C’est le flux émis dans un angle solide unitaire par une source ponctuelle qui a une intensité lumineuse d’une candela.

Luminance propriété photométrique

Densité de flux par angle solide unitaire.

Mesure radiométrique du lux

Unité d’éclairement S.I. égale à 1 lumen par mètre carré.

Candéline sphérique moyenne (MSCP)

Intensité lumineuse d’une source de lumière. L’indice MSCP d’une lampe est mesuré à la tension de conception et représente la quantité totale de lumière émise par une source lumineuse dans TOUTES les directions (mesurée dans une sphère d’intégration).

Une MSCP est équivalente à toute la lumière émise dans toutes les directions d’une bougie standard en spermaceti. La puissance lumineuse sphérique moyenne est la méthode généralement acceptée pour évaluer le rendement lumineux total des lampes miniatures. 1 MSCP équivaut à 12,57 (4 pi) lumens.

Micron
Unité de longueur égale à 10-6 m. Les longueurs d’onde infrarouges sont généralement mesurées en microns.

Monochromateur

Un monochromateur est un dispositif qui utilise un réseau de diffraction ou un prisme pour disperser la lumière dans un spectre de ses longueurs d’onde constitutives. L’élément dispersif est tourné de telle sorte que seule une bande étroite (monochromatique) de lumière est autorisée à sortir du monochromateur par une ouverture ou une fente étroite.

Nano

Préfixe dénotant 10-9. Un nanowatt (nW) = 10-9 watts.

Nanomètre (nm)

Une unité de longueur égale à 10-9 m. Abrégé nm. Unité couramment utilisée pour définir la longueur d’onde de la lumière, notamment dans les domaines UV et visible du spectre électromagnétique.

Filtre à bande étroite

Un filtre à bande étroite ne laisse passer qu’un nombre limité de longueurs d’onde. Les filtres à bande étroite sont généralement spécifiés à une longueur d’onde centrale spécifique, une bande passante indiquant la gamme de longueurs d’onde qui le traverseront et un % de transmission aux limites de la bande passante. Un filtre à bande passante étroite de 500 nm avec une bande passante de 10 nm et une coupure de 5 % laissera passer les longueurs d’onde comprises entre 495 nm et 505 nm. La transmittance au-dessus et en dessous de ces longueurs d’onde sera inférieure à 5%.

Filtre à densité neutre

Filtre qui réduit l’intensité de la lumière qui le traverse sans modifier la distribution spectrale relative de l’énergie. Les densités neutres sont données par le log base 10 de leur atténuation. Une atténuation de 100 donne une densité neutre (ND) de 2. Voir densité optique.

Nit (nt) mesure photométrique

Une unité de mesure de la luminosité (luminance) égale à une candela par mètre carré.

Irradiance équivalente au bruit (NEI)

Densité de flux rayonnant en W/cm2 nécessaire pour produire un signal égal au bruit inhérent du système de détection. L’irradiance d’entrée à laquelle le rapport signal/bruit est de 1.

Puissance équivalente au bruit (NEP)

La puissance rayonnante, à une longueur d’onde et une bande passante spécifiées, qui produira un signal de sortie d’un détecteur équivalent au bruit inhérent à ce détecteur.

Normale

La normale est l’axe tracé perpendiculairement à une surface éclairée. La normale est la référence à partir de laquelle on mesure les angles de réflexion, de diffraction et de réfraction. Un rayon avec un angle d’incidence de zéro degré arrive perpendiculairement à une surface. Un rayon avec un angle d’incidence de 90° est parallèle à une surface et ne peut pas la frapper.

Filtre à fentes

Voir filtre éliminateur de bande.

Opacité

Mesure de la capacité d’un matériau à bloquer la lumière. Elle est équivalente à l’inverse de la transmittance du matériau.

Hacheur optique

Dispositif mécanique ou électro-optique permettant de faire passer et d’interrompre, à une fréquence uniforme, un faisceau de lumière.

Densité optique (OD)

Mesure de la transmittance T à travers un milieu optique. OD = -log10T. Une OD de 1 est équivalente à une transmission de 10%. Un filtre de 2 OD aurait une transmission de 1%.

Peak Irradiance UV curing

Le pic intense de puissance focalisée directement sous une lampe. Le point maximal du profil d’irradiance. Mesuré en unités d’irradiance (W/cm²).

Phot (ph) mesure photométrique

Une unité de mesure de l’éclairement lumineux. Un phot = 10 000 lux (lx).

Photodiode

Une photodiode est un dispositif semi-conducteur à deux électrodes avec une jonction sensible au rayonnement optique dans laquelle le courant inverse varie avec l’éclairement. La sensibilité à la longueur d’onde est fonction des matériaux utilisés dans le dispositif. Les photodiodes en silicium sont sensibles à la majeure partie du spectre visible. Les photodiodes InGaAs sont sensibles dans la région NIR du spectre. Les photodiodes GaP sont utilisées pour la région UV du spectre.

Thérapie photodynamique

Utilisation d’un rayonnement optique dans la guérison de maladies médicales. La thérapie photodynamique est utilisée dans le traitement des affections cutanées telles que le psoriasis, la jaunisse chez les nouveau-nés, et plus récemment dans le traitement de certains types de cancer.

Photomètre

Dispositif permettant de mesurer l’intensité lumineuse ou la luminance. Un photomètre emploie un filtre photopique dont la bande passante est adaptée à la réponse de l’œil humain. Les unités S.I. employées sont les lumens et les lux.

Tube photomultiplicateur (PMT)

Un tube photomultiplicateur est un dispositif à vide dans lequel une photocathode émet des électrons lorsqu’elle est exposée à la lumière. Les électrons sont ensuite accélérés par des champs électrostatiques vers des plaques métalliques où un plus grand nombre d’électrons secondaires sont émis. Ce processus est répété à plusieurs reprises. Cela amplifie le courant par plusieurs milliers.

Photopique

Ayant une caractéristique de sensibilité similaire à la réponse de l’œil humain. Un filtre photopique aura une bande passante entre 400 et 700nm avec sa plus grande transmission à 550nm avec une réactivité spectrale spécifiée par la CIE.

Photoresist

Substance chimique qui est rendue insoluble par exposition à la lumière. En exposant la photoréserve à travers un masque, on peut créer des circuits électriques en lavant les zones non exposées et en gravant le matériau situé en dessous. Les photoréserves sont généralement optimisées pour des régions spécifiques du spectre UV spécifiées comme UVC, UVB et UVA en fonction du type de lampe employé pour l’exposition.

Photostabilité

De nombreux produits chimiques tant médicinaux que des revêtements de protection peuvent se dégrader lorsqu’ils sont exposés à la lumière. Les mesures de photostabilité sont effectuées pour déterminer les principales longueurs d’onde responsables de la dégradation et la quantité d’exposition (dose) nécessaire pour créer un changement qui sera délétère pour l’efficacité du produit. Dans les études de photostabilité, les effets des longueurs d’onde de la lumière visible doivent être distingués de ceux des UV. Généralement, deux détecteurs sont employés avec une filtration limitant chacun à la mesure d’une seule région spectrale.

Pico (p)

Préfixe dénotant 10-12. Un pW = 10-12 Watts.

Mesure radiométrique de la radiance

Puissance radiante par unité de surface de la source par angle solide. W/m²/stéradian.

Mesure radiométrique de l’émittance rayonnante

Puissance rayonnante émise dans une sphère complète (4p stéradian) par une unité de surface d’une source , exprimée en W/m². Une sphère intégrante est généralement utilisée pour effectuer cette mesure.

Mesure radiométrique de l’Exitance radiante

Le flux radiant par unité de surface émis par une source.

Radiomètre

Dispositif permettant de mesurer l’intensité ou l’accumulation d’énergie radiante. Conseils pour choisir un radiomètre.

Radiométrie

Science de la mesure du rayonnement. La détection et la mesure de l’énergie rayonnante soit à des longueurs d’onde spécifiques ou des passages de bande, soit en fonction de la longueur d’onde sur un large spectre. La mesure de l’interaction de la lumière avec la matière quant à l’absorption, la transmission et la réflectance.

Rayon

La représentation géométrique d’un trajet lumineux à travers un système optique.

Réflectance

Le rapport entre le flux réfléchi et le flux incident provenant d’une surface. Dans certains cas, la mesure peut être effectuée avec la composante spéculaire ou diffuse du flux total réfléchi. La réflectance est exprimée en pourcentage.

Réceptivité spatiale relative

La réactivité spatiale relative d’un détecteur indique l’angle d’acceptation et le pourcentage du rayonnement incident à cet angle qui frappera le détecteur. La mesure est généralement effectuée par rapport à une surface lambertienne parfaite.

Responsabilité (sensibilité spectrale)

La réponse ou la sensibilité de tout système en fonction de la longueur d’onde incidente. En radiométrie, c’est la sortie d’un dispositif en fonction de la longueur d’onde.

Saturation

Etat dans lequel la densité de flux rayonnant dépasse soit ou la capacité d’un photodétecteur à émettre des électrons dans une relation linéaire avec le flux incident et/ou le courant produit par le détecteur dépasse la capacité de l’électronique à mesurer le courant de façon linéaire.

Scotopique

Relatif à la sensibilité aux longueurs d’onde de l’œil humain dans des conditions adaptées à l’obscurité.

Sensibilité

Rapport du signal de sortie d’un détecteur au signal d’entrée. Cela peut également être exprimé comme le niveau d’irradiation d’entrée minimum qui produira un signal de sortie qui dépasse le niveau de bruit du détecteur ; c’est-à-dire où le S/N est supérieur à 1.

SI

Système International d’Unités ; le système métrique international d’unités.

Réponse spectrale

Mesure de la sensibilité relative d’un détecteur en fonction de la longueur d’onde incidente. Une courbe de réponse spectrale typique affichera la réactivité en pourcentage à une longueur d’onde donnée par rapport à la longueur d’onde de la réactivité maximale.

Spectromètre / Spectrographe

Un dispositif qui mesure l’interaction entre la lumière et les matériaux en fonction de la longueur d’onde. Un spectromètre est généralement un monochromateur avec un détecteur intégré. Un spectrographe n’a pas de fente de sortie, ce qui permet de mesurer simultanément une large bande de longueurs d’onde au moyen d’un détecteur à éléments multiples ou d’une plaque photographique.

Réflexion spéculaire

Réflexion à partir d’une surface de type miroir où dans la cohérence du faisceau incident est maintenue dans le faisceau réfléchi. Ceci est opposé à la réflexion diffuse où la lumière réfléchie est répandue dans toutes les directions d’une manière semblable à celle de Lambertian.

Stéradien (sr)

L’unité d’angle solide sous-tendu par une zone sur la surface d’une sphère égale au carré du rayon de la sphère. Un stéradian peut être visualisé comme une section conique avec un angle solide d’environ 66°.

Stilb (sb) mesure photométrique

Une unité de luminance égale à 1candela/cm².

Numéro « T » d’une lampe

Le numéro « T » de la lampe est le diamètre de la lampe par incréments de 1/8 de pouce. Une lampe « T-1 » a un diamètre de 1/8 de pouce, une lampe « T-2 » a un diamètre de 1/4 de pouce, etc.

Mesure photométrique Talbot

Unité SI de la quantité de lumière exprimée en lumen-secondes.

Thermocouple Thermopile

Dispositif composé de métaux dissemblables dans lequel un petit courant est produit en fonction de la différence de température des matériaux à la jonction. Les thermocouples peuvent être utilisés pour mesurer le rayonnement dans la région infrarouge du spectre.

Transmittance

Rapport de la puissance radiante transmise par un matériau à la puissance radiante incidente. La transmittance est généralement exprimée en pourcentage. Un filtre avec une transmittance de 50% (à une longueur d’onde spécifique) absorbera la moitié de la lumière incidente sur lui et en laissera passer la moitié.

UV (ultraviolet)

La partie invisible du spectre électromagnétique avec des longueurs d’onde comprises entre 1nm et 400nm.

UVA

La partie du spectre UV couvrant la plage de longueur d’onde comprise entre 320nm et 400nm. Cette région spectrale est utilisée pour de nombreuses applications médicales, de séchage UV et de photolithographie. L’atmosphère terrestre (au niveau de la mer) absorbe toutes les longueurs d’onde inférieures aux UVA. Une exposition prolongée au rayonnement UVA provoque des coups de soleil.

UVB

L’UVB est la partie du spectre UV qui couvre la plage de longueur d’onde comprise entre 280nm et 320nm. Le rayonnement UVB est généralement utilisé dans les applications de séchage UV et de photolithographie, ainsi que dans certaines applications médicales. L’exposition au rayonnement UVB (provenant de lampes ou d’arcs électriques) peut provoquer de graves coups de soleil et causer des lésions oculaires.

UVC

Les UVC sont la partie du spectre UV qui s’étend de 190nm à 280nm. Les UVC sont généralement employés dans le traitement de l’eau et les applications de stérilisation. Les UVC sont également utilisés dans le séchage UV et la photolithographie dans les applications microélectroniques. L’exposition au rayonnement UVC (provenant de lampes, d’arcs ou de lasers) peut provoquer de graves dommages biologiques.

VUV (ultraviolet sous vide)

L’UVC est la partie du spectre UV inférieure à 190 nm. Le rayonnement électromagnétique inférieur à 190nm est absorbé par l’oxygène de l’air. Les interactions physiques ou chimiques nécessitant un rayonnement VUV doivent être réalisées dans un environnement purgé à l’azote jusqu’à 160nm ou dans une chambre à vide en dessous de 160nm.

Spectre visible (VIS)

La partie visible du spectre s’étend entre 400nm et 700nm (selon la CIE). Elle couvre les longueurs d’onde de la lumière que l’œil humain peut percevoir.

Watt (W) mesure radiométrique

Le Watt est une unité de puissance ou de travail. Un Watt correspond à un Joule/sec.

La longueur d’onde

Lorsque les électrons vibrent, ils produisent des champs électriques et magnétiques perpendiculaires oscillants. La distance entre les maxima d’intensité de champ séquentiels est définie comme la longueur d’onde. Ces distances pour le rayonnement visible sont très petites et sont généralement exprimées en unités de longueur de nanomètres (nm).

POWER:

1 watt (W):
= 0.27 lm à 400 nm
= 25,9 lm à 450 nm
= 220,0 lm à 500 nm
= 679,0 lm à 550 nm
= 683,0 lm à 555 nm
= 430,0 lm à 600 nm
= 73,0 lm à 650 nm
= 2.78 lm @ 700 nm

l lumen (lm)
= 1,465 x 10-3 W @ 555 nm
= 7,958 x 10-2 candela (4p sr)

1 joule (J)
= 1 watt*seconde
= 1 x 107 erg
= 0.2388 grammes*calories

1 lm*seconde
= 1 talbot (T)
= 1,464 x 10-3 joules @ 555 nm

IRRADIANCE:

1 W/cm²
= 1 x 104 W/m²
= 6,83 x 106 lux @ 555 nm
=14.33 g*cal/cm²/min

1 lm/m²

= 1 lux
= 1 x 10-4 lm/cm²
=1 x 10-4 phot (ph)
= 9.290 x 10-2 lm/ft²
= 9,290 x 10-2 foot-candles (fc)

INTENSITÉ:

1 watt/stéradian (W/sr)
= 12.566 watts (isotrope)
= 683 candela @ 555 nm

1 lumen/stéradian (lm/sr)
= 1 candela (cd)
=12,566 lumens (isotrope)
= 1.464 x 10-3 W/sr @ 555 nm

RADIANCE:

1 W/cm²/sr
= 6.83 x 106 lm/m²/sr @ 555 nm
= 683 cd/cm²@ 555 nm

1 lm/m2/sr
= 1 candela/m² (cd/m²)
= 1 nit
= 1 x 10-4 lm/cm²/sr
= 1 x 10-4 cd/cm²
= 1 x 10-4 stilb (sb)
= 9.290 x 10-2 cd/ft²
= 9.290 x 10-2 lm/ft²/sr
= 3.142 apostilbs (asb)
= 3.142 x 10-4 lamberts (L)
= 2.919 x

Laisser un commentaire