Jimmu

JIMMU , premier empereur du Japon, descendant direct d’Amaterasu, la divinité suprême, et généralement considéré comme l’ancêtre de l’empereur japonais actuel. La progéniture d’Amaterasu, Ame no Oshiho-mimi, engendra Ho no Ninigi, qui descendit du Ciel sur la terre. Sa progéniture, Hiko-hohodemi, engendra Ugaya-fukiaezu, dont la progéniture fut Jimmu.

Jimmu est un nom de style chinois donné à cet empereur beaucoup plus tard ; son nom original était Kamu-yamato-iwarehiko. Kamu signifie « divin », et Yamato est le nom de l’emplacement de l’ancienne capitale. La partie sémantiquement significative de ce nom est iwarehiko. Iwa signifie « roche », et are signifie « émerger ». Puisque hiko signifie « une personne respectable », le nom original de Jimmu, Iwarehiko, suggère « une personne respectable qui a émergé (ou est née) d’un rocher. »

Selon les premières chroniques, Jimmu est né dans la province de Himuka sur l’île de Kyushu dans l’ouest du Japon. Il a mené une expédition réussie pour conquérir l’est et est monté sur le trône à Yamato en 660 bce. Les historiens rejettent toutefois cette date car, à cette époque, les Japonais vivaient encore en communautés tribales dispersées. Ce n’est qu’au deuxième siècle de notre ère qu’une organisation politique unifiée a émergé dans l’ouest du Japon. Bien que la date de 660 bce ne soit pas acceptable, la description de l’expédition de Jimmu à Yamato est vivante et réaliste. Il est peu probable que l’histoire ait été inventée ultérieurement pour glorifier l’ancêtre impérial. On suppose que l’armée dirigée par Jimmu est entrée dans le Yamato au début du IIe siècle de notre ère et que Jimmu a joué un rôle majeur dans l’établissement de l’État du Yamato.

Voir aussi

Amaterasu Ōmikami ; Religions japonaises, article sur L’étude des mythes.

Bibliographie

Aston, W. G., trans. Nihongi : Chroniques du Japon depuis les temps les plus anciens jusqu’à l’an 697 (1896). Réimpression, 2 vol. en 1, Tokyo, 1972.

Chamberlain, Basil Hall, trad. Kojiki : Records of Ancient Matters (1882). 2d ed. avec des annotations par W. G. Aston. Tokyo, 1932 ; réimpression, Rutland, Vt. et Tokyo, 1982.

Kakubayashi, Fumio. Nihonshoki Kamiyo-no-maki zenchushaku. Tokyo, 1999.

Philippi, Donald L., trans. Kojiki. Princeton, 1969.

Kakubayashi Fumio (1987 et 2005)

.

Laisser un commentaire