Empêcher l’épidémie de peste de Madagascar de se propager par les points d’entrée internationaux

En août 2017, les autorités sanitaires de Madagascar ont commencé à signaler un nombre significativement plus élevé de cas de peste bubonique* que lors des précédentes épidémies annuelles. La peste bubonique est endémique dans les régions rurales du pays. Les personnes peuvent contracter la peste bubonique en se faisant piquer par des puces transportées par des rongeurs. Souvent considérée comme une maladie redoutée du passé, des épidémies de peste bubonique surviennent encore dans des régions du monde où les rongeurs sont fréquemment en contact étroit avec les gens.

A l’arrivée de l’automne, l’inquiétude grandit car, en plus de la peste bubonique, un nombre croissant de cas de peste pneumonique est découvert dans les villes. La peste pneumonique est beaucoup plus rare et mortelle et, contrairement à la peste bubonique, elle peut se transmettre de personne à personne. Le 6 octobre, le CDC Travelers’ Health a émis un avis aux voyageurs de niveau d’alerte 2 pour Madagascar. Compte tenu du nombre de voyageurs et de marchandises traversant les frontières, la communauté internationale s’est inquiétée que les vols et les navires quittant Madagascar puissent transporter la peste vers d’autres pays.

*L’augmentation du nombre de cas peut avoir été due en partie à une définition de cas sensible et à la rétention de « non-cas » qui étaient toujours classés comme des cas suspects.

La pandémie de peste bubonique largement connue sous le nom de « peste noire » ou de grande peste, est née en Chine en 1334 et s’est propagée le long des grandes routes commerciales jusqu’à Constantinople puis en Europe, où elle a coûté la vie à environ 60% de la population européenne.

DGMQ fournit une expertise en matière de surveillance des points d’entrée, de préparation et de médecine des voyages

Les membres de l’équipe de contrôle de sortie de l’Organisation mondiale de la santé se préparant à embarquer sur le vol de l’aéroport international d’Ivato à Madagascar.

Les risques de santé publique associés à la peste pneumonique ont conduit l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à demander l’assistance technique du CDC. Avec une expertise substantielle sur la façon dont les voyages peuvent propager des maladies infectieuses à d’autres pays, le personnel de la DGMQ s’est rapidement déployé pour rejoindre les experts de la peste de la Division des maladies à transmission vectorielle pour évaluer la situation sur le terrain à Madagascar. L’expertise de la DGMQ en matière de dépistage à la sortie et à l’entrée, de collaboration intersectorielle aux points d’entrée pour la réponse de santé publique et de stratégies d’engagement des partenaires mondiaux est ancrée dans des années de pratique de la prévention des maladies infectieuses, de la médecine des voyages et de la protection de la santé aux frontières, ainsi que dans les enseignements tirés de la réponse aux récentes épidémies d’Ebola et de Zika.

Peu après avoir été sollicité, le personnel de la DGMQ a fait équipe avec l’OMS et les responsables de la santé de Madagascar pour évaluer les activités de dépistage à la sortie dans les sept points d’entrée de la nation insulaire (y compris les aéroports et les ports maritimes). Dans le cadre du suivi de cette évaluation, le personnel de la DGMQ a fourni une formation et une assistance technique sur place à l’aéroport international d’Ivato. Les recommandations relatives aux thermomètres sans contact et aux équipements de protection individuelle ont été communiquées aux autorités aéroportuaires et aux agents de contrôle. L’équipe de la DGMQ a également donné des conseils sur la façon de surveiller l’évolution de l’épidémie et d’ajuster les mesures de dépistage à la sortie en fonction du nombre de cas signalés dans la communauté.

Impact du programme

Le personnel de la DGMQ a offert une évaluation et des conseils d’experts qui ont soigneusement équilibré les différents besoins des parties prenantes tout en protégeant les personnes contre l’infection ou la propagation de la peste lors de leurs voyages à destination et en provenance de Madagascar. Le 25 novembre 2017, l’OMS a annoncéExternal que le ministère de la Santé de Madagascar a déclaré que l’épidémie de peste pneumonique aiguë avait été contenue.

Laisser un commentaire