6 Raisons pour lesquelles vous pouvez vous sentir gros

Mes sentiments de graisse peuvent être déclenchés par une secousse supplémentaire qui n’était pas là avant, l’effort de serrer un pantalon d’entraînement rétréci sur mes jambes, un ventre gonflé, ou d’attraper un aperçu de mon nombril qui dépasse à travers le tissu de ma chemise.

Mon corps a dépassé les limites de mes vêtements, alors je me sens hors de contrôle de mon propre corps et de ses limites.

Une solution simple à ce problème peut être d’acheter des vêtements mieux ajustés. Mon ventre dépasse toujours de ma séparation des abdominaux, donc les vêtements faits de tissus qui n’épousent pas mon corps me font sentir plus à l’aise. Une autre solution consiste à manger des aliments qui conviennent à mon corps. Manger trop de sodium, ou des aliments qui provoquent une inflammation pourrait provoquer une rétention d’eau.

D’autres fois, la racine est plus profonde que la surface de la peau et je dois aborder mon besoin de me sentir en contrôle et ma frustration d’être incapable de tout régenter. La Bible dit que c’est Dieu qui a le contrôle, alors je n’ai pas besoin de me sentir comme si mon monde s’écroulait lorsque mon estomac tombe en panne.

Quand je me rappelle que Dieu garde tout ensemble, même quand je dors, je peux pousser un soupir de soulagement sans m’inquiéter de la taille que le souffle fait à mon ventre.

Dieu est aux commandes:

« La terre est à l’Éternel et à sa plénitude, le monde et ceux qui l’habitent » Psaume 24:1

« Voici, celui qui garde Israël
ne sommeille ni ne dort.

L’Éternel est ton gardien;
l’Éternel est ton ombre à ta droite. » Psaume 121:4-5

Il est bon:

Maintenant donc, si vous voulez vraiment obéir à ma voix et garder mon alliance, vous serez mon bien précieux parmi tous les peuples, car toute la terre est à moi ; et vous serez pour moi un royaume de prêtres et une nation sainte. » Exode 19:5

C’est en vain que tu te lèves tôt et que tu te reposes tard, en mangeant le pain d’un labeur anxieux ; car il donne à ses bien-aimés le sommeil. Psaume 127:2

Celui qui n’a pas épargné son propre Fils mais l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi avec lui gracieusement toutes choses ? Romains 8:32

La pesée

J’ai regardé le pèse-personne de notre salle de bain l’autre jour, juste curieux de voir ce que je pesais. Je suis monté sur la balance et j’ai regardé les chiffres en noir et blanc. Ce jour-là, les chiffres m’ont dit : « Je suis une mesure de l’attraction de la gravité sur votre corps. Mes chiffres reflètent combien vous investissez dans vos liens physiques avec la terre. »

Je me suis éloignée avec un dégoût détaché, sachant que ce n’étaient que des chiffres et qu’ils n’avaient aucun impact sur mon identité, mais mon cœur se sentait toujours lourd.

Quand je me sens grosse, je me sens alourdie, à la fois physiquement et spirituellement.

La balance peut dire que je suis plus lourd, mais c’est mon âme qui porte le poids le plus lourd.

Les sentiments spirituels vont de l’anxiété au découragement en passant par la honte selon les jours. Mais je sais que Dieu m’a fait pour me tenir debout, et pour fixer mes yeux sur le ciel. Il y a tellement de langage dans la Bible pour nous soulever de la boue, de la mer, des endroits collants de notre propre esprit.

Le Seigneur peut nous libérer de notre propre pesanteur lorsque nous recevons ces paroles :

Anxiété : Laissez les paroles de Dieu vous parler avec bonté. « Un cœur inquiet pèse sur un homme, mais une parole bienveillante le remonte. » Proverbes 12:25

Découragement : Dieu est avec vous. « Ne t’ai-je pas donné un ordre ? Soyez forts et courageux. Ne sois pas terrifié, ne te décourage pas, car le Seigneur ton Dieu sera avec toi partout où tu iras. » Josué 1:9

Honte : Quand on regarde vers le Seigneur, on ne peut pas aussi se regarder soi-même : « Ceux qui regardent vers lui sont rayonnants, et leur visage ne sera jamais honteux. » Psaume 34:5

Mécontentement

Si je me sens gros, je ne suis pas content de ce que je suis. Je suis concentré sur moi, et je n’aime pas ce que je vois (ou ce que je ressens). Je ne dirais jamais cela à voix haute à portée de voix de ma fille de deux ans, car je veux protéger son cœur. Alors que fais-je au mien ? Je le dis dans ma tête, ou je le lâche à mon mari pour pouvoir justifier le fait d’être irritée par les petites choses qui ne me dérangeaient pas auparavant.

Mon mécontentement m’aide à avoir de l’empathie pour les gens du temps de Néhémie. Ils étaient contrariés parce qu’ils venaient d’entendre les paroles de la loi. Ils étaient frappés par leur propre incompétence à vivre à la hauteur de la bonté de Dieu. Néhémie les a encouragés : « Ne soyez pas abattus et tristes, car la joie de l’Éternel est votre force ! » (Néhémie 8:10). Peut-être que je suis mécontent parce que, comme les Israélites, je sais comment les choses devraient être et comment elles ne le sont pas.

Mais la joie dans le Seigneur élève mon âme au-dessus du brouillard du mécontentement, et l’espoir ancre mes pieds dans l’assurance.

Mon corps n’est peut-être pas parfait maintenant, mais je peux plier mes genoux douloureux au sol en toute humilité, joindre mes mains en prière, et pointer mes doigts vers le haut et dire avec confiance, « sur la terre comme au ciel. »

Je peux être reconnaissant pour ce que j’ai maintenant (des jambes qui fonctionnent ! des bras flexibles avec des pouces opposés ! des yeux pour voir et des oreilles pour entendre !) et savoir que Son travail n’est même pas encore terminé !

Il y a plus de vie à vivre ici, et infiniment plus que nous pouvons imaginer lorsque Jésus reviendra pour nous restaurer.

Accumulation d’énergie

Si je suis assis ou malade depuis longtemps, je me sens « gros », mais en réalité, c’est juste que j’ai une réserve d’énergie accumulée et que je me sens déséquilibré. C’est comme un sentiment inconfortable plein, et la meilleure façon de soulager la pression est de la faire sortir.

La façon la plus simple est de sortir faire une promenade, ou de faire dix minutes de tâches ménagères, ou une série de squats, de pompes murales et de down dogs. Laissez cette énergie sortir de la porte et courir librement !

Des besoins physiques non satisfaits

Mon estomac peut être ballonné parce que j’ai mangé quelque chose que mon estomac n’a pas apprécié. Cela m’est arrivé pendant des années jusqu’à ce que je découvre que j’étais intolérant au gluten, aux arachides et au maïs à cause de l’hypothyroïdie. J’ai suivi un régime par élimination et fait des tests d’allergie. Parfois, j’ai simplement besoin de boire plus d’eau, de bouger plus, de dormir et de me concentrer sur le repos. L’intestin s’enflamme en réponse au stress, donc lorsque nous pouvons aller à la racine de cela, nous pouvons généralement diminuer cette sensation de ballonnement et revenir à notre état normal.

Comme un père a de la compassion pour ses enfants, ainsi l’Éternel a de la compassion pour ceux qui le craignent. Car il connaît notre cadre ; il se souvient que nous sommes poussière. » Psaume 103:13-14

Mais ne rendons pas les choses trop compliquées. Nous sommes nés de la poussière, et c’est à la poussière que nous retournerons. Nous avons besoin d’être nourris d’éléments physiques, et si nous en manquons, notre corps nous le fait savoir. Son projet pour nous est parfait. Quel grand Créateur nous avons !

Hormones

Et mesdames, parfois nous nous sentons simplement grosses sans raison valable. J’avais l’habitude de me sentir mal dans ma peau chaque mois lorsque je prenais la pilule contraceptive, et c’était un mauvais sentiment induit artificiellement. Je ne m’en suis même pas rendu compte jusqu’à ce que j’arrête. En dehors des médicaments, les hormones sont un mode de vie.

Chaque cycle mensuel est un rappel que nous sommes créés pour créer la vie (nous étant les femmes en général… pas que l’histoire de chaque femme soit de donner naissance à un bébé). Et même si nous éprouvons des effets secondaires désagréables, ils sont la façon dont le corps se réorganise pour faire naître la vie.

Et, ils sont temporaires. Au lieu de redouter les symptômes de chaque mois, que le Seigneur transforme notre deuil en louange. Laissez les vagues d’hormones être secouées par notre ancre d’espoir.

« …nous qui avons fui pour trouver refuge pourrions être fortement encouragés à tenir fermement l’espérance qui nous est proposée. Nous avons ceci comme une ancre sûre et inébranlable de l’âme… » Hébreux 6:18b-19a

Quand ces bouts de soin de soi ne peuvent pas déplacer le dialogue intérieur de « Je déteste tout (y compris moi-même) », je vais à 1 Jean 3:19-20:

« Et par cela nous saurons que nous appartenons à la vérité, et nous assurerons nos cœurs en sa présence : Si nos cœurs nous condamnent, Dieu est plus grand que nos cœurs, et il connaît toutes choses. »

Même quand mon cœur dit que je suis mauvais, gros et disgracieux, Dieu est plus grand. Il dit que je suis bon parce qu’il est bon. Et plus grand est Celui qui est en moi que celui qui est dans le monde. Plus grand est Celui qui est en toi parce que tu es aimé. Et tu n’es pas gros, même si tu en as l’impression.

Réfléchir et répondre

  1. Avez-vous des jours où vous vous « sentez gros » ?

  2. Pouvez-vous repérer les émotions que vous ressentez vraiment (colère, tristesse, frustration, épuisement) ?

  3. Pouvez-vous placer ces émotions avec la vérité de l’évangile ? Si vous ne le pouvez pas, mettez-les à la poubelle proverbiale. Ne les laissez pas prendre de la place dans votre cœur et vous accabler. Regardez le visage de Jésus et n’ayez jamais honte.

    *Diguez davantage avec L’amour au-delà des apparences : Une étude biblique de 5 semaines sur l’image corporelle !

.

Laisser un commentaire